COMMENT RETROUVER SA PLACE EN ENTREPRISE APRES UN CONGÉ MATERNITE ?

La période qui suit un congé maternité est souvent délicate pour certaines femmes.

En effet, après avoir subi des changements d’humeurs, physiques (prise de poids, masque de grossesse etc..), des chamboulements dans la vie sexuelle et parfois la culpabilité de laisser notre enfant à une employée de maison, nous devons vivre des changements au niveau professionnel.

Pendant plusieurs mois, notre corps ne nous appartenait plus et parfois, à notre reprise c’est notre poste ne nous appartient plus. Le vide a été comblé…

Voici ce que beaucoup d’entre nous ont vécu après leurs congés maternité.

Cette situation peut créer une période de déprime pouvant aller jusqu’à une perte totale de confiance en soi.

La première action à mener pour garder sa place, est de ne jamais la perdre.  Certaines d’entre nous se comportent comme si une grossesse était une maladie. Comme si nous ne pouvions rien envisager durant cette période. D’autres, quant à elles, se sentent tellement en confiance qu’elles mettent la vie de leur bébé en danger. Il est donc nécessaire de trouver un juste milieu.

Voici 3 conseils qui feront de vous, des mères épanouies et des employés motivés :

  1. Permettez à vos collègues et à vos supérieurs de vous contacter pendant votre congé maternité au moins une fois par semaine, dans un créneau que vous aurez défini et communiqué au préalable.
  • Lisez vos mails au moins une fois par semaine, même si vous n’y répondez pas. Cela vous permettra de ne pas être totalement déconnectée et votre reprise en sera facilité.
  • Avant votre reprise officielle, passez au moins une fois par semaine dans votre entreprise afin de ranger votre bureau et vous réhabituer progressivement à l’atmosphère de celle-ci.

Par ailleurs, le retour d’un congé maternité entraine souvent une volonté de changement.

Le dernier code du travail nous a donné  des outils pour faciliter cette période, à travers son article 23.5 : « Toute femme en état de grossesse, médicalement constatée, peut rompre son contrat de travail sans préavis et sans avoir, de ce fait, à payer une indemnité de rupture du contrat. La même faculté est offerte à la mère pendant la période d’allaitement définie par l’article 23.12 du présent code » : alors pourquoi s’en priver ?

Le savoir-être est un art, et votre vie en est le chef d’œuvre !